jeudi 22 novembre 2007

Béja-barème du blé dur : l’épée de Damoclès pointée sur la nuque des agriculteurs

Beja le 22/11/2007
A monsieur le Premier Ministre

Objet : barème du blé dur
Fichier joint :Simulateur(Pour faire fonctionner les macros mettre sécurité macro au plus bas)
http://www.mediafire.com/?6d4dmfdxaxb
http://del.icio.us/kastalli

L’objet de ce simulateur est de montrer au pouvoir public la gravité du barème du blé dur qui est promulgué au journal officiel N° 49 du 19 Juin 2007 La simulation montre comment à partir d’un prix de base de 40 dinars l’agriculteur ne reçoit que 20 dinars
Ce barème considéré comme l’épée de Damoclès pointée sur la nuque des cultivateurs, il a suscité une grande méfiance aux prés des agriculteurs vu le contentieux envers les organismes collecteurs des céréales que les agriculteurs, durant cet Ėté, furent obligés de gérer. Ce qui explique le retard à la date d’aujourd’hui des préparations des emblavures destinées au blé dur
Ce barème a été élaboré par les industriels de la pâte alimentaire lors d’une conjoncture spécifique où le prix du blé été très bas et les agriculteurs sont intimidés voir dénigrés pour leur produit , une dépréciation provoquée vu que les pouvoirs publics ont trouvé la facilité d’importer des céréales triplement subventionnées par les pays riches . Subventions à la jachère, subventions au cotât, subvention à l’exportation imposant une concurrence déloyale , un dumping dont l’OMC est complice. Cette désolation fut à l’origine de la non motivation des cultivateurs et du déficit chronique des céréales .Une orientation qui a trop endommagé le système de production des céréales dans les pays du Tiers Monde . Ā chaque fois que les agriculteurs demandent une augmentation du prix du blé nos technocrates et grands commis rétorquent ‘’Les prix du blé local nous coûte chère nous pouvons en avoir à moindre coût ailleurs ‘’.Faisant l’amalgame entre la balance de payement et la caisse de compensation cette dernière n’est qu’un chapitre de dépense du budget de l’état, comme le chapitre des salaires ,carburant, ..etc. . alors que la santé de la balance de payement est tributaire du volume d’importation . Les prix des céréales sur le marché mondial sont à un niveau très élevé la balance commerciale ne peut pas supporter un volume d’importation pour un tel prix , il faut alors vendre toutes nôtres productions de dattes , d’agrumes d’huiles d’olives, de produits de mère et encore pour qu’elles suffisent à importer des céréales . La situation actuelle est très grave dans la mesure où la flambée des prix aura un impact négatif sur la gestion financière et sociale du pays, l’enveloppe budgétaire allouée à la caisse de compensation a passé de 320 million de dinars en 2006 à 600 million de dinars en 2007 pour atteindre un milliard de dinars en 2008 , un chiffre qui ne doit pas laisser le commun des mortel sans réfléchir! Que peut représenter un milliard de dinars ? Un chiffre qu’on ne doit pas sous estimer car si on considère 10% de la population tunisienne est nécessiteuse soit un million de personnes, or les statistiques officielles indiquent seulement 4% de pauvres, ce milliard de dinars peut être converti en des pensions de 80 dinars par mois pour chaque famille nécessiteuse (chaque ménage) soit en moyenne 4 millions de bénéficiaires. Si on opte pour ce choix un autre grand problème se posera à savoir la gouvernance de ce million de pensions ? Est-ce que ces pensions doivent être définies tout en ayant une durée déterminée c’est-à-dire limitées dans le temps? Comment faire pour que ces pensions ne seront en aucun cas considérées comme une indemnité à l’insertion à la vie professionnelle pour ne pas affecter le marché de l’emploi ni développer l’esprit de l’assistanat ?. Mais qui dit que ces pensions arrivent aux bénéficiaires ? Et ces bénéficiaires sont –ils vraiment des nécessiteux ? Est-ce qu’on a un système transparent et impartial qui punit les abus si on trouve des rentiers dans la liste des nécessiteux ?. Et si on opte pour le maintient de la caisse de compensation . Ne va t’on pas pénaliser le système de production national en lui imposant d’offrir du blé et du lait , au nom de la cohésion sociale, à la caisse de compensation , à des bas prix ? Doit-on obliger les agriculteurs à subir les retombées négatives de la mondialisation et les interdire de profiter quand les prix mondiaux sont en leurs faveurs ? Quand le blé sur le marché mondial est le double de ce qui est taxé localement dans ce cas comment peut-on dire aux agriculteurs d’entrer en compétition avec vos semblables européens et d’être sur un pied d’égalité et parler de partenariat ? . Et si l’alimentation du bétail se trouve plus chère que le pain boulanger, qui peut interdire le vacher à remplir les mangeoires de pain frais ? Depuis des décennies nous importons des génisses pleines! Elle sont passées outre, car le prix des bovins est le double de l’autre côté de la frontière, qui peut alors empêcher nos sacs de blé d’enjamber la frontière si le prix là-bas du blé serait le double ?
Dans cet embarras du choix, il s’avère qu’il est difficile de trancher et chaque option nécessite ses mécanismes et ses outils.
Monsieur le ministre prière prendre acte de ce rapport car la situation est très grave et ne peut pas attendre et de bien vouloir ordonner l’élaboration d’un nouveau barème du blé dur compte tenue de la conjoncture actuelle



Kastalli chérif
Président de l’association méditerranéenne
pour le développement


5 Rue ibn rachiq Béja 9000
Tel : 97376505



Il y a lieu de revoir le nouveau rôle du ministère de l’agriculture compte tenu de la libéralisation des prix et l’ouverture des marchés . Pour bien responsabiliser les intervenants et s’orienter vers le rendement .Tout ce qui est commerce des céréales , vins, huile doit faire partie des compétences du ministère du commerce et au sein du ministère de l’agriculture il faux créer deux grande structures(offices) l’une qui s’occupe de l’élevage et l’autre de la production végétale ces structures répondront aux déficits et autres questions quand on veut avoir des réponses.
Voir http://cherifkastalli.blogspot.com/2007/08/quel-avenir-pour-la-petite-et-moyenne.html
Quel avenir pour la petite et moyenne exploitation agricole ?
Voir :http://cherifkastalli.blogspot.com/2007/07/association-mditrranenne-pour-le.html évaluation de la campagne agricole 2006/2007
Voir : http://cherifkastalli.blogspot.com/2007/07/agenda-21-beja-dveloppement-durable.html partie de l’agenda21 relative à l’agriculture

jeudi 16 août 2007

Béja fait ses adieux à Slimane Mustapha Zbiss


Béja le 28/05/2003


Béja fait ses adieux àSlimane Mustapha Zbiss




Je remercie Mme Khedija Menchari pour sa publication épique dans la Presse du 22/05/2003 concernant le grand pionnier de l’archéologie et l’une des plus illustre figure des sciences du patrimoine et de la culture feu Slimane Mustapha Zbiss. Je vais me permettre de reprendre des passages de l’article de Mme Menchari avec quelques apports que j’ai pu collecter sur les relations de Mustapha Zbiss avec Béja.
Né à Testour le 1er Mai 1913, Slimane Mustapha Zbiss était d'origine andalouse "Ilopis". Son enfance fut surtout influencée par la personnalité de son père qui était un Cheikh de "malouf" . Après avoir vécu à Béja une partie de son adolescence, il se retrouve à Tunis en 1928 pour y poursuivre sa scolarité au collège Sadiki. Il est resté très attaché à Béja en ayant un cercle particulier parmi ses compagnons on cite quelques notables Béjaois comme Mohamed Ennouri ,  Mohamed  Dakhli  anciens déportés à Lambèse suite à la manifestation de 1937 devant le tribunal, Saâd Othmane président de la section de Jammâ Ezzitouna à Béja et Massaoud El Mokrani agriculteur et figure emblématique de la résistance algérienne responsable de la section FLN à Béja et d’autres amis de Béja comme les poètes algériens les Zaitouniens Lakhdar Esseihi et Lârbi Essaighi. A chaque fois qu’il visite Béja il est l’invité de Massaoud el Mokrani à henchir El Âlia de Bouhzem où d'en haut il aimait contempler Béja en murmurant elle est gaie et jaillissante de lumière. Juste après l’indépendance lorsque le conseil municipal d’antan a démoli les remparts de Béja il a pleuré à chaudes larmes en avouant qu’il a l’impression de perdre un proche

Il était membre correspondant de l'institut archéologique de Berlin et de Rome, membre du bureau du congrès international des arts turcs de Napoli, membre correspondant de l'académie Royale d'histoire espagnole depuis 1966, membre du bureau de l'association des techniciens des monuments historiques de Varsovie dès 1986, en 1967 enseignant à la faculté de lettre d'Alger.

Parmi ses ouvrages, citons: les monuments musulmans de Tunisie(1963), Considération sur les tentatives de restauration du pouvoir almoravide du Maghreb central et oriental(Madrid 1972), Le corpus des inscriptions arabes de Tunisie(1955), Etude sur les Morisques andalous(1983), Les coupoles tunisiennes et leur évolution(1959),), Les inscriptions de Monastir (1960), La Médina de Tunis(1981), Les monuments musulmans d'époque husseïnite en Tunisie(1955), les monuments de la médina de Tunis, les monuments et l'historique de Monastir(1964), Sidi Bou Saïd, promontoire du soleil éternel!
Sa participation sera capitale à la connaissance du patrimoine tunisien et l'on comprend le haut rang et distinction qui lui ont été offerts du Grand Prix national en archéologie et patrimoine(1987) et Commandeur de l'Ordre de mérite culturel(1992).
Slimane Mustapha Zbiss s'endort du sommeil du juste. Paix à son âme.






Kastalli Chérif
5 rue Ibn Rachiq Béja 9000

vendredi 3 août 2007

JEAN DE LA FONTAINE : UN TRICENTENAIRE DANS LA MONDIALISATION

Ce poème a été publié en 1995 par
Jeune Afrique N°1791-p76 –Du 4 au 10 Mai 1995

BEJA 1995


Le sanglier du GATT
et les Abeilles Indigènes


A la mémoire du fabuleux fabuliste
Depuis trois cent ans ne cesse de mettre sur liste
Nos caractères et nos comportements hypocrites
En faisant le portrait de la société et de ses mythes

Pendant que je jouais à l’esprit es-tu là
Des ténèbres Jean de la Fontaine se manifesta
Me confia une histoire qu’il a oubliée
A l’appel du Seigneur, n’a pas eu le temps de publier

Celle de son excellence l’ambassadeur
Au museau trop défenseur
Qui se permet de négocier sans gêne
Avec le souverain des abeilles indigènes

Le sanglier du GATT fort déchaîné
Descend de la montagne pour tout entrainer
Cassant barrières, tabia et zriba
Pour que les abeilles vendent mieux leur zlabia

Bousculées ont été pris de panique
Calmées par la Reine pas trop pudique
Sortit pour traiter politique
Lui fit le sanglier une grimace diplomatique

-Salamalecs, que sa Majesté considère
Notre bénévole action pas trop chère
Pour les voisins et les pays frères
Nous sommes venus pour vendre notre nectar
Pour que vos ouvrières piquent bien et développent leur dard

-Vous pouvez garder votre nectar dit la Reine
Nous avons le nôtre sans trop de peines
-Mais pour que votre Zlabia soit vendue
Il faut que vous achetiez comme il est convenu
Notre nectar et de payer les services rendus
-Chez vous on mange des hamburgers bien épicés
Par conséquent notre Zlabia ne sera point appréciée

A ces propos le Sanglier n’est pas surpris
Prononce un discours qu’il a bien appris
-Faux Bourdons faux Bourdiennes ! je vous ai compris
Par les rapports de la BIRD et de la FMI
Nous sommes fiers de vos facultés
On vous considère en l’occurrence parmi les privilégiés
Nous achèterions toutes vos fleurs non butinées
Vous auriez des nouvelles ressources à être enviées

Pas très convaincue, s’adresse à ses semblables la Reine
Avec un air grave et beaucoup de peine
-Sachez qu’il n’y a plus de Bled qui a ses propres poids
Que le tout fonctionne dans un système sans foi
Dans le cadre du nouvel ordre et ses maudites lois.





Kastalli Chérif, Tunisie
Mai 1995
Ce poème a été publié en 1995 par
Jeune Afrique N°1791-p76 –Du 4 au 10 Mai 1995

http://kastallicherif.blogspot.com/2007/07/agenda-21-beja-dveloppement-durable.html

mercredi 1 août 2007

Quel Avenir pour la Petite et Moyenne Exploitation Agricole ?

Béja 2002


Quel Avenir pour la Petite et Moyenne Exploitation Agricole ?


La création de sociétés de mutuelles de services agricoles est d'une importance grandiose dans la mesure ou elle intervient dans un contexte mondial dont les aspects ne sont pas encore bien définis, la gestion des conflits par l'OMC n'a pas pu éviter l'éclatement de part et d'autre dans le monde des crises comme la guerre de l'acier la guerre de la banane…. l'aide de l'état sera vu d'un autre angle. Comment maintenir l'aide à la mise à niveau, à la restructuration du secteur et de la profession? Comment impulser le secteur sans fausser la concurrence et éviter le dumping ? Les défis de la prochaine étape sont considérables et cela nous invite à répondre aux problématiques du développement de l'Agriculture à savoir, le faible rendement des exploitations la non maîtrise des techniques de production, le morcellement foncier, le lourd fardeau de la dette, l'incapacité des agriculteurs à se structurer, l'absence d'une approche spécifique selon les étages bioclimatiques, l'irrationalité de l'investissement, outre l'irrégularité des pluies notre agriculture est astreinte à améliorer sa compétitivité dans un contexte d'ouverture et de mondialisation et impulser, en conséquence, l'investissement et la création de l'emploi tout en assurant l'autosuffisance alimentaire. Le but principal des sociétés de mutualismes c'est la réduction notable des coûts de la production, l'amélioration des capacités de production des exploitations et l’augmentation des revenus des agriculteurs par un soutien à tous les niveaux de la chaîne de production en réduisent les frais de préparation du sol et en offrant une logistique de commercialisation, services de proximités, assistance technique, formation, etc. ….
La Petite et Moyenne Exploitation Agricole (PMEA) qui représente 73 % si on se contente seulement des exploitations qui disposent de moins de 10ha, car en région semi aride une exploitation de 50 ha est considérée comme une moyen exploitation de même le PMEA doit être défini selon la spéculation qu'elle est entrain d'entreprendre si l'activité est à forte valeur ajoutée même la micro-exploitation se comporte comme une entreprise viable. La PMEA est dans une position très fragile elle évolue vers la désintégration en perdant son statut d'une entité économique viable suite au processus de morcellement, en comparaison avec les résultats de l'enquête 61-62 le nombre d'exploitations (de moins de 10 ha) ont augmenté de 137000 unités d'où une nette régression des superficies due aux successions répétitives. Le mutualisme est une issue qui fait sortir la PMEA d'une conjoncture caractérisée par la baisse de ses revenues, la hausse des prix des intrants un pouvoir d'achat des exploitations laminé, le profit excessif des intermédiaires et un état permanent de dépendance et d’endettement. Le mutualisme viendra pour rationaliser l'investissement, maîtriser les dépenses, accélérer le processus de restructuration de la profession, réduire la main mise des urbains sur les ruraux(1)(à la rahba de Béja, au grand dam des agriculteurs, la commune prélève 2 Dinars sur chaque sac de céréale même si la transaction n’est pas opérée), il aidera notre agriculture à se redresser des séquelles des premières décennies de l’indépendance où la politique de fixation des prix a obligé le monde rural à offrir ses produits à des prix très bas aux urbains pour éviter les contestations salariales, réduisant ainsi les agriculteurs à une caisse de compensation ce qui explique bien la dette chronique des agriculteurs. La petite et moyenne exploitation agricole est organiquement liée dans un cadre spécifique où s'interférent une autorité rurale (2) et une approche développementaliste (3), ces liens ont tendance à être révisés depuis que le Ministère de l'Intérieur on lui a confié la tâche du développement local. Une tendance qui touchera les conseils locaux de développement sur le plan composition, budget, compétence, mobilisation et redistribution de fonds … on verra les conseils villageois évolués vers des arrondissements ruraux genre de communes. De même au niveau de la participation de la population à la conception et l'élaboration des plans de développement(4) .Tout en veillant à ce que les vœux de la population figurent dans les documents du plan afin d’éviter la sensation de ‘putsch des technocrates’ et pour mieux la responsabiliser lors de l'exécution et l’entretien des actions communautaires. Quant à l'autorité rurale: Certes le Omda existe mais il faut le réinventer, lui définir un profil, le former par des modules d'initiation à la sociologie, à l'économie rurale et l'animation. Le monde rural fait l'objet d'une grande préoccupation par les pouvoirs publics comme l'atteste les différents plans de développement seulement certains concepts doivent-être révisés. En effet l'approche de développement du monde rural ne doit en aucun cas avoir pour objectif de maintenir et d'attacher la ruraux en compagne en présumant la désertion des champs et l'asphyxie des villes ou la " ruralisation des villes". Cette conception est urbaine, exiguës bureaucratique et gravissime du développement rural dans la mesure où elle assiège le monde rural entre le piége et la crise. L'exode rural n'est pas un phénomène, c’est une conséquence directe de l’évolution sociale et démographique. Le monde rural, outre ces spécificités, est une ressource naturelle qui fonctionne comme un appareil dont les rendements sont limités et ne peut assurer l'entretien que d'un nombre bien déterminé d'individus et autant supporter un pression démographique plus que ces capacités. Cet appareil on doit le considérer comme une entreprise ayant une capacité de recrutement limitée et tout sur-emploi l'entraîne dans des difficultés structurelles. De ce fait il faut préparer les villes à accueillir non le flux migratoire mais plutôt la mobilité sociale, pour ce faire, il faut des aménagements autour des villes en parlant par exemple du Grand Jendouba ou Grand Béja (Hammam Sayala, Béja Maâgoula, Oued El Bessim …etc.), il ressort des plans d ‘aménagement urbain d’être plus prospectif en projetant les grands axes routiers pour ne pas se trouver dans des cul-de-sac, en introduisant aussi la notion de région programme avec l'installation d'une infrastructure économique capable de satisfaire la demande de l'emploi et l'insertion des jeunes diplômés. Cet aménagement est indispensable car il maintien la paix, la stabilité et la sécurité par l'intégration des hôtes de la ville, en absence d'un tel aménagement les villes ne seront pas en mesure d'assurer la paix et la sécurité et ceci se manifestera au moindre incident par des indices de malaise social comme le cas des évènements du stade de Béja en Juin 1999 ou les troubles causés par les élèves lors de l'arrêt des cours d'une heure, par les enseignants, soutien à la cause palestinienne en Mars 2002. L'aide du monde rural par l'état doit-être maintenu et renforcé au moins jusqu'à 2012, tout en préparant le plan d'intégration dans l'économie mondiale et le désengagement de l'état, il faut préparer un sous-plan pour l'arrière pays dans le cadre de la région programme compte tenu que la maturité économique et sociale de l’arrière pays n'est pas celle des régions côtières. Il faut alors veiller à ce que le désengagement de l’état ne se fait pas brusquement. Il est préférable d’installer des outils qui valorisent le matériel de l'état afin d'éviter des cessions qui peuvent tourner au désastre comme le cas des centres de collectes de laits et aussi pour un redéploiement optimal du personnel titre2 afin d'éviter des licenciement provoquant des cas sociaux, ceci par la création de filiale des Ministère de l'Intérieur ou de l'Equipement ou de l'Agriculture qu'on appellera des unités de génie rurale en ayant le statut de tâcherons pour entreprendre des travaux de piste, CES,… et intervenir en cas d'incendies ou inondations. Autrement dit des structures relais pour prendre en charge le désengagement de l’état en matière de développement et plus particulièrement la sauvegarde et l’entretien des acquis. Il faut considérer le matériel de l'état et son personnel titre2 comme un fonds spécial d'assistance mobilisable en cas de catastrophe naturelle, technologique ou environnementale, il y va même du respect et du prestige des pouvoirs régionaux. Le monde rural est un espace non seulement social et culturel mais un réservoir naturel générateur de richesse, une source de revenu pour la paysannerie, cet aspect économique de la compagne est le centre autour duquel s'articulent toutes les tensions conflictuelles et les différentes approches développementalistes. Dans ce cadre les compétences des Sociétés de Mutuelles de Services agricoles (SMSA) sont globales et contournent tout l'espace rural elles interviennent pour offrir une mécanisation adéquate de travail du sol, d’entretien et de récolte des cultures, offrir aussi une logistique d'approvisionnement et de commercialisation. Elles libèrent l'agriculteur pour se consacrer au suivi et la conduite des cultures. Les SMSA peuvent être des unités de commercialisation (Engrais, Semence, …), de collectes (Céréales, laits, olives, raisins …), de production (agricole, transhumance et gestion de troupeau, …), de génie rural (bâtiment de ferme, lac collinaire, puits de surfaces, sondage, route agricole …) ou des unités d’autres services (Etude, formation, consulting …). L'environnement institutionnel, la politique actuelle sont très favorables pour la réussite du mutualisme qui est le salut de la petite et moyenne exploitation par l'installation des mesures d'intéressements autour desquelles se regrouperont les exploitants car il est difficile d'affronter la prochaine étape sans la réduction des charges, la maîtrise des techniques, la rationalisation des investissements, et une exploitation optimum du matériel pour qu'il soit mieux rentable…Tout en espérant l’adhésion totale au mutualisme il est recommandé de réfléchir sur les points suivants : 1) Réduire l'effet du morcellement par la reconversion de l’Agence Foncière Agricole (AFA), en institution financière(5), outre ses fonctions actuelles et pour mieux assurer le remembrement en sec il faut lui affecter des fonds en nature (terres agricoles) et en espèces. En exploitant les résultats de l'étude des cartes agricoles relatifs à la taille minimale d'une exploitation viable selon les zones, les périmètres, la nature du sol, la spéculation. L'AFA doit avoir les tâches suivante : a) Vente des terres agricoles à des petits agriculteurs afin d'atteindre le minimum d'exploitation spéculée dans une région bien déterminée. b) Intervenir auprès des héritiers pour arrêter la division de l'exploitation en gardant un ou deux exploitants selon l'importance de la superficie. c) L'AFA remboursera le reste des héritiers sur ses propres fonds. d) Les exploitants rembourseront l'AFA selon des modalités fixées par des textes. 2) Installer une stratégie d’approche spécifique selon les étages bioclimatiques à savoir: a) dans les zones subhumides et les périmètres irrigués l’élaboration d’un programme de valorisation des fortes précipitations et des infrastructures hydrauliques basé sur l’intensification des cultures en fixant un objectif à haut rendement et en offrant les conditions et les exigences nécessaires à cet objectif, tel qu’un train de mesures qui consiste à des semences à haut rendement, densité de semis assez élevée, apport de fertilisation assez considérable, traitement contre les maladies cryptogamiques... b) Dans les zones semi-arides un programme basé sur les céréales secondaires orge et avoine avec l'intégration de l'élevage ovin, il faut aussi envisager un programme oléicole basé sur la Mgharsa tel qu'il a été fait par l'administration des Habous au début du IXX siècle dans la région de Sfax. On peut extrapoler aussi ce programme dans les terres accidentées de Hedhil et Khroumerie au Nord. c) Au Sud un programme d'extension du palmeraie national. Car la culture des dattes et le créneau porteur par excellence pour la Tunisie vu les spécificités bioclimatiques il ne peut pas être concurrencé par des géants comme l'Europe ou l'Amérique, il faut alors agrandir la forêt des palmiers dattiers et lui drainer les eaux du Nord. On peut aussi appliquer la Magharsa aux terres de l'état pour mieux impliquer la profession à la création et la mise en valeur des oasis. 3) Dynamiser et animer la bande frontalière Ouest pour bien gérer le surplus des produits maraîchers et mieux valoriser les périmètres irrigués et profiter d'un marché de proximité en installant des mécanismes qui n'obéissent pas aux tempéraments des relations bilatérales 4) Aider les agriculteurs à se redresser en se constituant des provisions pour pouvoir affronter l'ouverture des marchés et les défis de la prochaine étape par le gel de la dette jusqu'à nouvel ordre car la concurrence sera rude et agressive 5) Il faut permettre aux exploitants à l'indivision d'entreprendre des travaux de plantations arboricoles ou des constructions de hangars ou logements ruraux ou création de puits de surfaces…..etc en débloquant la situation à l'indivision concernant l'investissement par une loi spécifique aux biens ruraux qui considère que:"Tout investissement dans un bien rural ne portant pas préjudice sur le plan vocation ou accès, et en tenant compte de la qualité du sol et de sa position, lors du partage il sera attribué à son promoteur tant qu'il ne dépasse pas sa côte-part." 6) Regrouper les procédures, lois et codes se rapportant à l'agriculture dans un seul code qu'on appellera Code rural, car le droit est un système cohérent de règles juridique, la parcellisation des règles et la multiplication des lois entraînent une inflation législative. kastalli chérif Président de l’Association Méditerranéenne pour le Développement 5 Rue Ibn Rachiq Béja 9000 _____________________________________________________________________ (1) Hafedh Sethom : Pouvoir urbain et paysannerie en Tunisie :CERES (2) Béchir Takari : Du Cheikh à l’Omda – Mémoire de DES fac de droit Tunis 1975 (3) Administration du développement rural ENA CREA 1984. Contribution de : - Sadok Chaâbane :Administration des villes et administration des campagnes - Mohamed Lakhdar : Structures et procédures d’administration rurale - Slaheddine Ben Abid : L’animation pour le développement rural (4) Mohsen Limam : Des cadres juridiques de la planification – Thèse de Doctorat université de Strasbourg 1959 (5) Kastalli Chérif : Nécessité d’une réforme agraire - La Presse du 20 avril 1989 a> href="CLIQUER ICI">http://www.mediafire.com/?f05y9nn9d41< /a> ____________________

ما هو مستقبل الضيعات الصـغرى والمتوسـطة ؟

باجة 2002

ما هو مستقبل الضيعات الصـغرى والمتوسـطة ؟

إن الإجراء الذي يخص إحداث شركات التعاون الفلاحي هو اجراء ذو أهمية عظمى إذ يأتي في ظروف جيواقتصادية ملامحها لم تتبلور بعد حيث أن معالجة التوترات والنزاعات الدولية و الًًلإقليمية من طرف المنظمة العالمية للتجارة لم تمنع إندلاع الأزمات من مختلف أنحاء العالم كحرب الفولاذ و حرب البانان... و السؤال المطروح الآن هو : كيف ستكون إعانة الدولة للفلاحين، لتأهيل القطاع والمهنة ؟ كيف سيكون دفع القطاع والنهوض به من غير أن يقع الإخلال بقواعد المنافسة؟ إن تحديات المرحلة المقبلة عسيرة جدا و المطلوب منها الجواب على إشكاليات القطاع الفلاحي المتمثلة في الضعف الكبير في المردودية ،عدم التحكم في تقنيات الإنتاج، تشتت الملكية، ثـقل المديونية ، عدم قدرة الفلاحين على التهيكل، غياب خطة خصوصية حسب المناطق المناخية، عدم ترشيد الإستثمار، علاوة على أن التساقطات المطرية غير منتظمة فإن فلاحتنا مدعوة لمواجهة المرحلة المقبلة بتحسين مردوديتها وطاقتها التنافسية في إطار التفتح والعولمة و دفع الإستثمار وخلق مواطن شغل وبالتالي تحقيق الإكتفاء الذاتي وضمان الأمن الغذائي. إن الهدف الرئيسي لشركات التعاون للخدمات الفلاحية هو التقليص الهام في كـلفة الإنـتاج و تحسين الطاقة الإنتاجية للمستغلات الفلاحية والرفع من مداخيل الفلاحين وهذا بالدعم و المساندة على كل مستويات سلسلة الإنتاج للحد من كلفة تحضير الأرض ، وتوفير لوجستي لتسويق، للخدمات القريبة، للإحاطة الفنية، للتكوين ....الخ. تمثل الضيعات المتوسطة والصغرى 73 % من جملة المستغلات إذ إكتفينا بالضيعات الأقل من عشرة هكتار حيث في المناطق الشبه الجافة ضيعة بـ50 هكتار تعد ضيعة متوسطة. و هنا تجدر الإشارة بأن نصنف الضيعات حسب النشاط فإذا كان هذا ذو قيمة مضافة عالية أو ذو قطاع واعد حتى أقل من خمسة هكتارات تتموقع كضيعة قادرة على أن تقوم بدورها في توفير عيش محترم لصاحبها. إن الضيعات المتوسطة والصغيرة في حالة هشة جدا ، فهي تتجه نحو التفكك مع فقدان دورها كمؤسسة إقتصادية إثر تواتر التشتت، فإذا قارنا الوضعية الحالية بنتائج إستقصاء 1962-1961 نلاحظ أن عدد الضيعات التي هي أقل من 10 هك إرتفع بـ000 137 ضيعة وهذا على حساب تقلص المساحة لكل ضيعة من جراء نقل الملكية بالإرث. إن التعاون الفلاحي هو المنقذ للضيعات الصغيرة والمتوسطة للخروج من وضعية تتسم بضعف مداخيلها ، إرتفاع أسعار الأسمدة والمبيدات والمحروقات، تدهور الطاقة الشرائية للفلاحين، الربح المشط للوسطاء والسماسرة و الحالة المستمرة من التبعية و التداين. التعاون الفلاحي يأتي لترشيد الإستثمار، التحكم في المصاريف، الإسراع بهيكلة المهنة ، تقليص تسلط المديـنة على الريف(1) (في رحبة باجة البلدية تقوم رغم أنف الفلاحين باستخلاص دينارين على كل كيس من الحبوب حتى وإن لم تتم عملية البيع). إن التعاون الفلاحي سيساعد القطاع على تضميد جروحه ونسيان تأثيرات العشريات الأولى للإستقلال حيث سياسة تحديد الأسعار أجبرت الريف على بيع منتوجاته بأسعار بخسة للمدينة و ذلك للضغط على الأجور وتفادي الشغب الإجتماعي مما جعل الفلاح صندوق التعويض و مما يفسر كذلك حالة التداين المزمن التي يعيشها الفلاح. إن الضيعات الصغرى والمتوسطة مرتبطة عضويا في إطار خاص أين تتاخم فيه سلطة ريفية(2) ومنهجية تنموية(3) ، إن هذه الروابط تتجه نحو المراجعة منذ أن أحيلت مهمة التنمية المحلية لوزارة الداخلية، وهذه المراجعة ستهم المجالس المحلية للتنمية على مستوى التركيبة ، الميزانية، المشمولات، تعبئة وتوزيع الموارد المالية... سنرى مجالس القروية تتطور نحو دوائر ريفية ذات صبغة المجالس البلدية. كذلك تشريك المواطنين في تصميم وصياغة المخططات وتحمل مسؤولية التنفيذ والصيانة(4) مع الحرص على توثيق اقتراحات المواطنين في وثائق المخطط و ذلك لتفادي الشعور " بالانقلاب البيروقراطي"، أما في ما يخص السلطة الريفية وجب إعادة النظر في مواصفات العمدة بتكوينه في مجال الاقتصاد الريفي ، العلوم الاجتماعية والتنشيط . رغم أن التوجهات العامة للمخططات السابقة أعطت للريف عناية كبيرة ومتميزة، فهنالك مفاهيم وجب مراجعتها لأن المقاربة التنموية للريف لا يجب أن تكون غايتها شد سكان الريف زعم أن الحقول ستفتقر إلى اليد العاملة أو خنق المدينة أو ترييف المدينة. هذه النظرية هي ضيقة، بيروقراطية، تنطلق من المدينة و خطيرة جدا لأنها تحاصر الريف بين الأزمة والفخ. فالنزوح هو نتيجة التطور الاجتماعي و الديمغرافي. علاوة على خصوصيات العالم الريفي فهو مورد طبيعي يشتغل كجهاز له مردودية محدودة ولا يستطيع تحمل ضغط سكاني أكثر من طاقته. هذا الجهاز هو عبارة على مؤسسة لها طاقة تشغيل وكل زيادة في الأعوان ينتج عنه صعوبات هيكلية مؤثرة على مردودية هذه المؤسسة ، وبالتالي وجب تأهيل المدينة لتستقبل لا تيار الهجرة من الريف إلى المدينة بل النقلة الاجتماعية و ذلك بتصميمات وتهيئة عمرانية حول المدن الكبيرة ومراجعة الخطاب في ما يخص المدن. نقول مثلا جندوبة الكبرى أو باجة الكبرى (حمام سيالة، معقولة، واد البسيم، حجر عمر...) وليكن مثال التهيئة العمرانية مستشرف مبين فيه كيف ستكون الخطوط والطرقات الكبرى كي لا نجد أنفسنا في زقاق مسدود مع إدخال مفهوم "الجهة المبرمجة" بتركيز بنية اقتصادية قادرة على إدماج أصحاب الشهادات والقضاء على البطالة مع إلزام المؤسسات المالية التي تملك الدولة فيها أسهم كبيرة بإحداث معامل و شركات اقتصادية مشغلة لأن الجهات تفـتقر إلى أصحاب رؤس لأموال. إن هذه التهيئة ضرورية وتلعب دورا كبيرا في الاستقرار و الآمن والطمأنينة و ذلك بإدماج ضيوف المدينة. ففي غياب هذه التهيئة المدن غير قادرة على توفير الآمن والاستقرار وهذا يبرز في أي ظرف بمؤشرات توعك اجتماعي مثل أحداث ملعب باجة سنة 1999 أو أعمال الشغب التي قاموا بها التلاميذ في مارس 2002 عندما توقـفت الدروس بساعة مساندة للقضية الفلسطينية. إن إعانة الدولة للريف يجب أن تتواصل وتتدعم إلى غاية 2012. في إطار "الجهة المبرمجة" مع صيغة مخطط الاندماج في الاقتصاد العالمي والتخلي والخصخصة يجب كذلك تحضير مخطط استثنائي للمناطق الخلفية للبلاد باعتبار أن النضج الاجتماعي والاقتصادي لهذه المناطق غير مماثل للمناطق الساحلية، لذلك الخصخصة والتخلي يجب أن يكونا تدريجيا ومن المستحسن إرساء آليات تثمن معدات الدولة (شاحنات، جارفات ...) لتجنب التفويتات التي تنجر عنها خيبة الأمل كما وقع في مراكز جمع الحليب، و كذلك تفادي تسريح عملة العنوان الثاني للحد من الحالات الاجتماعية المتفاقمة. و تتمثل هذه الآليات في بعث شركات فرعية(filiales) تابعة لوزارة الداخلية أو وزارة التجهيز أو وزارة الفلاحة تسـمى وحدات التدخل الريفي أو وحدات الهندسة الريفية لها الصبـغة القـانونية كمقـاول (Tâcheron ) للقيام بأشغال تهم المسالك ، المحافظة على المياه والتربة... التدخل في حالات الحرائق أو الفياضنات بعبارة أخرى هذه الشركات هي هياكل ربط تأخذ على عاتقها عمليات تخلي الدولة في ما يخص مهام التنمية وبالأخص الصيانة والمحافظة على المكاسب. يجب اعتبار معدات الدولة وعملة العنوان الثاني كجهاز سريع التنقل في حالات الكوارث الطبيعية أو التكنولوجية أو البيئية وهذا ضروري لوقار و احترام السلط الجهوية. إن العالم الريفي هو فضاء ليس فقط اجتماعي وثقافي بل هو حوض طبيعي ينبع بالخيرات ومورد رزق بالنسبة لسكان الريف. هذا الطابع الاقتصادي للريف هو الذي تتمحور حوله جميع الصراعات والمنهجيات التنموية. في هذا الإطار تتسم مهام شركات تعاون الخدمات الفلاحية بالشمولية وتحيط بكل الفضاء الريفي تتدخل لتوفر الميكنة اللازمة لخدمة الأرض، للحصاد، للمحافظة على الزراعات و كذلك لتوفير بنية ملائمة للتموين والتسويق. هذه الشركات تساعد الفلاح للتفرغ للأعمال التي تهم المتابعة والتقنيات الزراعية. إن شركات تعاون الخدمات الفلاحية يمكن أن تكون وحدات تسويق (أسمدة، بذور..)، وحدات جمع (حبوب، زيتون، حليب، عنب ...) ، وحدات إنتاج (فلاحية، رعي الأغنام...)، وحدات هندسة ريفية (بناء إسطبلات، بحيرات، أبار،مسالك ...).أو وحدات متعددة الخدمات (دراسات، تكوين، استشارة ...). إن المحيط المؤسساتي والسياسة الحالية يوفران أرضية خصبة لنجاح منظومة التعاون الفلاحي التي تمثل المنقذ للضيعات الصغيرة والمتوسطة و هذا إثر الحوافز التي ستنجر وستلتف حولها الفلاحون لأنه من الصعب جدا مواجهة المرحلة المقبلة بدون الضغط على النفقات وبدون التحكم في التقنيات وبدون ترشيد الاستثمار وبدون استعمال مجدي ذا نجاعة و مردودية للميكنة... مع التأكيد على الانخراط الكلي في منظومة التعاون الفلاحي أقترح بعض النقاط للتفكير : 1) الحد من تشتت الملكية بتغيير صبغة الوكالة العقارية للفلاحة إلى مؤسسة مالية(5) (بنك) علاوة على مهامها الحالية وكي تقوم بعمليات الضم على أحسن ما يرام وفي المناطق الغير السقوية يجب دعم الوكالة برصيد عقاري (أرض فلاحية) ورصيد مالي ، مع استغلال نتائج الخارطة الفلاحية في ما يخص تحديد الحجم الأدنى لمستغل فلاحي كي يوفر عيش كريم حسب النشاط، المنطقة أو نوعية التربة ... فالوكالة العقارية الفلاحية مدعوة للقيام بالمهام التالية : أ- بيع أراضي فلاحية إلى الفلاحين كي يصلون للحجم الأدنى الذي يوفر عيش محترم حسب النشاط أو المنطقة ، ب- التدخل لدى الورثاء للحد من تشتت الملكية مع إبقاء واحد أو اثنان حسب حجم الضيعة ، ت- الوكالة تقوم بدفع مستحقات بقية الورثة من الأموال التي رصدت إليها ، ث- الفلاحون يقومون بخلاص ما عليهم للوكالة حسب نصوص وضمانات التي في حيز الوكالة 2) إحداث خطة خصوصية حسب المناطق المناخية متمثلة : أ- في المناطق الشبه رطبة والمناطق السقوية برنامج تثمين التساقطات المطرية وتجهيزات المائية للدولة يرتكز على تكثيف الزراعات مع رسم أهداف المردودية العالية وتوفير مستلزمات هذه المردودية العالية من بذور ذات طاقة إنتاجية عالية كثافة محترمة في البذر وتسميد محترم مواكب للمردود و كذلك المعالجة والوقاية من الأمراض الفطرية ، ب- في المناطق الشبه جافة إعداد برنامج يرتكز على الحبوب الثناوية (شعير، قصيبة) مع إدماج تربية الأغنام، التفكير كذلك في برنامج تطوير الغابة الوطنية من الزياتين يرتكز على المغارسة كما وقع ذلك في أول القرن الماضي عندما جمعية الأوقاف طورت في جهة صفاقس غابة الزياتين بعقود المغارسة. كذلك هذا البرنامج نستطيع أن نطبقه في الأراضي الوعرة في هذيل وخمير بالشمال ، ت- في الجنوب برنامج تطوير الواحة الوطنية لأن التـمور قطاع واعد ولا ينافسنا فيه عمالقة مثل أوروبا أو أمريكا نظرا للخصوصيات المناخية التي تطلبها النخلة، وبالتالي الإسراع بتوسيع الواحة الوطنية ومدها بمياه الشمال وتطبيق عقود المغارسة في الأراضي الدولية لإدماج وتشريك المهنة في إحداث واحات جديدة و إحياء المناطق القاحلة 3) تنشيط الشريط الحدودي الغربي لماله من منافع إقتصادية من حيث التبادل التجاري، فهو نافذة لتسويق فائض منتوجات الزراعات السقوية بالأخص الخضر و كذلك تثمين أنجع للمناطق السقوية وإستغلال سوق قريبة مع إرساء آليات لا تخضع إلى مزاج العلاقات الثنائية لتكريس ديمومة هذا السوق. 4) مساعدة الفلاح للنهوض وتكوين رصيد مالي يخول له مواجهة تفتح الأسواق وتحديات المرحلة القادمة بتجميد الديون إلى أن يأتي ما يخالف ذلك لأن المنافسة في المستقبل ستكون شرسة وبدون رحمة. 5) السماح للمالكين على الشياع بقيام بإستثمارات تخص التشجير أو البناءات أو الآبار... و ذلك بوضع حد للحالة التي تعرقل الإستثمار على الشياع و ذلك بقانون خاص بالعقرات الفلاحية ينص على : " كل إستثمار بعقار فلاحي لا يضر بهذا العقار على مستوى الصبغة أو المسلك مع إعتبار نوعية التربة والموقع عند القسمة هذا الإستثمار يخص به صاحبه في حدود منابه". 6) جمع التراتيب والقوانين والمجلات التي تتعلق بالفلاحة في مجلة تسمى المجلة الريفية لأن التشريع بصفة عامة هو منظومة متناسقة من القواعد و القاوانين وبالتالي تشتت هذه القواعد وتكاثر القوانين ينجر عنه تضخم تشريعي. رئيس الجمعية المتوسطية للتنمية شريف قسطلــي نهج إبن رشيق عـ5ـدد باجة 9000 Kastalli.cherif@laposte.net (1) حافظ ستهم : Pouvoir urbain et paysannerie en Tunisie :CERES (2) بشير تكاري : Du Cheikh à l’Omda – Mémoire de DES fac de droit Tunis 1975 (3) Administration du développement rural ENA CREA 1984. Contribution de : - صادق شعبان :Administration des villes et administration des campagnes - محمد لخضر : Structures et procédures d’administration rurale - صلاح الدين بن عبيد : L’animation pour le développement rural (4) محسن ليمام : Des cadres juridiques de la planification – Thèse de Doctorat université de Strasbourg 1959 (5) شريف قسطلـي : Nécessité d’une réforme agraire - La Presse du 20 avril 1989


vendredi 27 juillet 2007

AGENDA 21 - BEJA - Développement Durable

Participation de l'association Méditérranéenne pour le Développement

Présentée à la commune de Béja le 29 Juin 2006 par:

Maher Badri- Naoufel Bannouri - Heikel Amdouni - Chérif Kastalli



Plan d'aménagement qui vise la décongestion de la ville par la multiplication des accés tout en créant un poumon écologique au centre ville par le prolongement du jardin public à chaque fois que l'occasion se présente en instituant zone verte la zone qui se trouve entre l'avenue de la République et les rues Okba Ibn Nafâ et Abou El Kacem Chebbi ,
التهئية العمرانية


مثال لتهئية عمرانية يشمل باجة الكبري و يهدف الي جعل الحركة سهلة بتعديد المنافذ بالمدينة مع إحداث متنفس إيكولوجي بوسط المدينة وذلك بتوسيع الحديقة العمومية كلٌما تسمح الفرصة وهذا بإقرار المنطقة بين شارع الجمهورية و الأنهج عقبة إبن نافع و أبو القسم الشابي منطقة خضراء






- طريق حزامية تربط بين طريق تونس و طريق جندوبة علي مستوى مفترق لفارق و قنطرة واد باجة .




Problématiques
Sous exploitation des potentialités agricoles ;
Non valorisation du réseau ferroviaire ;
Activité économique qui manque de dynamisme ;
Chômage très élevé ;
Zone industrielle mal conçue ;
Manque d’entreprises génératrices d’emploies ;
Secteur de vente du détail anarchique ;
Manque d’activités génératrices de revenues.
Château-d’eau national non protégé,
Béja ville goulot d’étranglement,
Manque d’accès à la ville du coté de la route de Nefza,
Manque de vision futuriste de l’aménagement du territoire ,
La circulation dans la ville est de plus en plus insupportable,
Nous assistons sans réagir au développement d’une cité administrative qui se constitue anarchiquement des grands lots et des clôture se sont construite sans lotissement et sans VRD

















Prendre des mesures draconiennes contre ceux qui altèrent ce plan ,
Imposer des conditions lors de la livraison des autorisations de bâtir ou de rénovation sur les artères qui seront classées comme route prioritaires (Av H.bourguiba, Av de la Liberté, de la république , 18 Janvier..ect) . Ces conditions concerneront la liberté de construire vers la hauteur et de faire obligatoirement un retrait pour pouvoir élargir la chaussée dans le futur.

Préserver le style arabesque de la Médina, en imposant le retrait lors des travaux de reconstruction ou de restauration et d’élargir les ruelles à chaque fois que l’occasion se présente
Il faut mener une compagne très sévère avec des mesures coercitives à l’encontre de ceux qui construisent des escaliers sur les trottoirs.
Il faut une coordination plus intense entre les intervenants dans la voie publique (Steg/PTT/Sonede/Onas/ Municipalité) .
Décongestionner la ville par la multiplication des accès .






























Cimetière pour Béja Nord et un autre pour Béja Sud.

La construction d’un nouveau stade, à l’entrée de la ville avant le pont de Oued-Béja au niveau de Hjar-Amor, qui obéit aux normes de sécurité internationales et pour éviter aussi les dégâts que subissent à chaque fois la population et les édifices publiques lors des débordements.
بناء ملعب في مدخل المدينة قبل قنطرة واد باجة على مستوى حجر عمر يخضع إلى المواصفات الأمنية العالمية وذلك لتفادي الأضرار التي يتكبدها المواطنين والبناءات العمومية أثناء المباريات التي يصعب فيها السيطرة على التجاوزات















Les casernes à l’intérieure de la ville entravent l’évolution normal du tissu urbain, étant donné que les équilibres régionaux et internationaux ont changé en matière d’armement depuis l’effondrement du Bloc Est.
Il est nécessaire de voir la reconversion du patrimoine de l’armée vers la protection civile et de céder le surplus du patrimoine aux collectivités locales dans l’objectif de mieux gérer l’espace












الثكنات في وسط المدينة تعرقل التطور الطبيعي للنسيج العمراني وبإعتبار أن التوازنات الإقليمية والعالمية قد تغيرت بعد إنهيار المعسكر الشرقي فمن الواجب النظر في هيكلة وزارة الدفاع وذلك بي تغيير صبغة الثكنات إلى مراكز حماية مدنية وإحالة فائض ممتلكاتها إلى الجمعات المحلية
Croisement Avenue Habib Bourguiba -Avenue de France
L’économie souterraine apparaît bien à Bab-Zneiz une artère vitale de la ville, le manque d’investissement et d’entreprises fait de cette artère une source de revenue appréciable pour une masse très importante de la population formant une main-d’œuvre excédentaire déscolarisé et non qualifié qui occupe des petits boulots .
Cette économie est une valve de sécurité.






Une sur taxation des produits qui entrent au marché hebdomadaire (Rahba) 2 dinars pour un sac de grain et 5 dinars pour une tête ovine ceci décourage les agriculteurs à vendre au souk et ils essayent d’écouler leurs produits dans leur ferme ce qui aggrave la morosité économique qui sévit en ville.
Compte tenue que l’économie de la région est basée sur l’agriculture avec un manque de capitaux criant. Le désengagement de l’état, à long terme ,va pénaliser la région et on va se trouver avec un déficit en matière de création d’entreprises . Il est alors important d’envisager un processus en boucle qui consiste à recycler l’argent de la privatisation où l’état construit des usines puis elle les privatise et les met en bourse.










الصناعة










: إعتبار إن إقتصاد الحيهة مرتكزا على الفلاحة مع نقص صارخ في رؤوس الاموال و إثر سياسة تختلي الدولة سنجد قريبا المنطقة في عجزكبير في ما يخص خلق المؤسسات وإ حداث مواطن الشغل , فمن الضروري إرساء مصار آلي فى شكل حلقة مغلقة(boucle) يتمثل في رسكلة أموال المؤسسات التي وقع خوصصتها حيث الدولة تبني مؤسسات و وحدات صناعية ثم تضعهم في الـةبورصة و تفوت فيهم .












Nos prédécesseurs n’ont pas bien tiré profit du réseau ferroviaire il ont installé des zones industrielles loin du chemin de fer, avec la hausse des prix de l’énergie, désormais le tronçon Mastouta Béja Sidi Mhimech doit faire l’objet d’un aménagement spécifique pour la création de zones d’industrielles, de dépôt, de frigo, de collecte de céréales etc... Des unités de transformation non polluantes tel que dérivés de lait, des céréales, conserves et conditionnement et mise en bouteille (huile , olive de table …).


إستغلال أنجع لشبكة السكة الحديدية بتهيئة شريط سيدي مهيمش - باجة - مستوتة مع إحداث مناطق صناعية ومناطق خزن وتبريد وجمع الحبوب وصناعات غير ملوثة






AGRICULTURE


Carte agricole


L’occupation des sols

•Grandes cultures :
-Céréales: 135500ha
- Fourrages: 45250 ha

•Légumineuse : 12800 ha ;
•Cultures maraîchères : 6000 ha ;
•Arboricultures : 29000 ha.
•Autres Cultures : 10000 ha


Malgré les potentialités très élevées de la région l’activité agricole ne dégage plus de bénéfice, les rendements sont trop bas ne dépassant pas 20 qx/ha pour le blé et la production par vache et de l’ordre 2000 litres contre 80qx /ha de blé et 12000l par vache que nos voisins méditerranéens produisent. Ce qui a entraîné une économie gelée, un surendettement et une population qui vie dans la nécessité.





الفلاحة
: رغم المؤهلات الإنتاجية العالية للجهة فإن دخل الفلاحين ضعيف جدا فالإنتاج لا يتجاوز 20ق/هك بالنسبة للحبوب و 2000 ل حليب في السنة للبقرة الواحدة بالمقارنة مع الجيران في البحر الأبيض المتوسط الذين ينتجون 80 قنطار هكتار و البقرة تنتج 12000 لتر في السنة . هذه الوضعية إنجرت عليها إقتصاد متجمد، تداين كبيرو مواطنون يعيشون في خصاصة وهذا ناتج عن تراكمات منذ القديم كعدم التحكم في تقنيات الإنتاج ، تدهور الطاقة الإنتاجية للبذور والماشية ، تشتت الملكية ، إرتفاع الكلفة دون إرتفاع الإنتاج وكذلك سياسة تحديد الأسعار إلى أدنى مستوياتها للمحافظة على الطاقة الشرائية لسكان المدينة والمنافسة الغير الشرعية بتوريد اللحوم والحبوب والحليب ومشتقاته المدعمة عند الإنتاج والتصديرمن طرف للدول الغنية, يتحتم إذا "من أجل دخل أفضل للفلاح" إصلاحات تنضيمية و هيكلية لوزارة الفلاحة تهم منضومة الإرشد الفلاحي , الإنتاج النباتي وتربية الماشية لتحديد المسؤوليات و تحسين الطاقة الإنتاجية للجهة..







Il se dégage ainsi des difficultés structurelles et organisationnelles qui se sont accumulées depuis pas mal de temps comme la non maîtrise des techniques de production, la détérioration du potentiel productif des semences et du cheptel local, le morcellement des exploitations , l’augmentation des coûts sans une évolution satisfaisante de la production . Ainsi que la politique de fixation des prix à un très bas niveau pour ne pas détériorer le pouvoir d’achat des urbains et la concurrence déloyale par l’importation des produits doublement subventionnés par les pays riches comme le lait, la viande et les céréales…ect.




صياغة مرجع فني لكل منطقة مناخية يكون على ذمة مجامع التنمية الفلاحية كدليل فني ومنهجي يتضمن عدة مقاربات حسب رطوبة السنة (ممطرة جافة متوسطة) هذه المقاربات تغطي الجيهة و تكون حزمة فنية يستأني بها الفلاح عتد القيام بأعماله
إحداث ديوان الإنتـــــاج النباتي مع إحالة معدات و موارد إدارة الإنتاج الحيواني إلى هذا الديوان,
هيكلة تهم إحالة الموارد البشرية ومعدات الإدارة العامة لإنتـــــاج الحيواني إلى ديوان تربيــــــــة الماشية



Il s’avère alors qu’il faut une réforme radicale du secteur en révisant l’approche de vulgarisation et en restructurant le ministère de l’agriculture ;
Cette restructuration est nécessaire et urgente . La restructuration touchera le système de vulgarisation, le système de production végétale et le système de la production animale pour mieux cerner les responsabilités tout en améliorant la capacité productive de la région et aussi quelques aspects institutionnels. Pour ce faire il faut :
La création de l’office de la production végétale un office qui lui sera affecté les moyens et l’effectif actuel de la direction de la production végétale.
Transférer les moyens et les effectifs actuels de la direction de la production animale à l’office de l’élevage
Une vulgarisation ciblée et pragmatique par l’élaboration d’un référentiel technique pour chaque zone bio-climatique mis a la disposition des groupements de producteurs comme guide technique et méthodologique ce référentiel comportera des sénarios d’approche selon l’année pluvieuse ,sèche ou moyenne .Par ces neuf scénarios toute la région sera couverte et ainsi les agriculteurs pourront puiser le paquet technologique adéquat.







La population de la région de Béja est l’ange gardien du château-d’eau national. Le bassin versant de Oued Medjerda et une zone fragile et stratégique qui doit faire l’objet d’un plan de protection des ressources naturelles

L’Oued Medjerda qui se jette dans la Méditerranée ne doit pas être un vecteur de pollution terrestre de ce fait un plan national et méditerranéen s’impose pour la protection des eaux douces et le littoral contre les eaux usées, il y va de la sécurité alimentaire du pays
En effet les stations d’épuration en amont des cours d’eau et des barrages ont montré leurs limites, lors des pluies diluviennes où toute l’eau usée se verse dans le barrage de Sidi Salem (excréments humain avec le risque de contagion hépatite, sida ..ect)
Si on ne prends pas des mesures à temps à la longue on aura plus un barrage mais une mare infestée . C’est dans ce contexte qu’il faut un programme Med pour la collecte des eaux usées du bassin versant de Oued Medjerda et de les drainer vers le Sahara où le sable jouera le rôle de filtre et de traiteur d’eau usée .






المحافظة على المحيط :







محطاة التطهير المتواجدة على مجاري المياه أثبت محدوديتها خصوصا عندما تتهاطل الأمطار حيث أن جميع المياه المستعملة تنصب في سد سيدي سالم (فواضل الإنسان مع خطورة العدوى من السيدا وأمراض الكبد ) إذ أننا لم نتخذ الإجراءات اللازمة بمرور الزمن فلم نجد سدا بل مستنقعا متلوثا . في هذا الإطار يجب إيجاد برنامج متوسطي ( Programme MED ) لجمع المياه المستعملة وجرها إلى الصحراء حيث تقع المعالجة والتصفية .














جهة باجة تبعد 40 كلم عن شاطىء البحر هاجس المواطنين هو المحافظة على الزرع والذرع والهواء والأرض وإحالة موروث سليم إلى الجيل المقبل . هذا البعد المتوسطي يملي علينا أن نناضل من أجل بحر أبيض سالم وذلك بإرساء معاهدة عالمية تمنع جولان الغوصاة وحاملي الطيرات


الإجراءات المصاحبـــــــة




إجراءات مصاحبـــــــة إجبارية تهم آليات لسد سوى كان فراغ تشريعي مؤسساتي او هيكلي لتنفيذ برنامج عمل لتنمية المستديمة بالجهة .









L’Agenda 21 doit faire l’objet d’un ordre du jour permanent lors de la tenue des conseils régionaux de développement et aussi un paragraphe fixe des rapports d’activités des directions régionales relevant des ministères concernés .


إبرام إتفاقية تلزم المتدخلين في التنمية مثتل المجلس الجهوي للتنمية - مندوبية الفلاحية -دوواين التنمية- بتنفيـذ برنامج عمل أجندة 21
L’Agenda 21 doit être dynamique, actualisée périodiquement, un observatoire qui nous indique sur l’évolution de la relation entre l’homme et son environnent et en même temps un outil d’aide à la décision en matière de planification.
الأجندا 21 يجب أن تكون دينامكية و محيٌنة بطريقة متواترة لتلعب دور مرصد يدل على علاقة الإنسان مع المحيط وذلك لتكون من الآليات التي تساعد علي أخذ القرار والبرمج و التخطيط


Droit de préemption à accorder à la commune pour toute transaction foncière qui se fait et dont l’intérêt publique en a besoin pour la création de parking , de parc , zone verte, place publique, l’élargissement de la chaussée. Priorité à la commune lors de la cession des biens des étrangers et l’aval de la commune pour toute cession et toute transcription à la conservation foncière.







إسناد حق الشفعة للبلدية لكل عملية عقارية حيث البلدية لها منفعة في هذا العقار لإحداث فضاءات ومآوي للسيارات وتوسيع الأنهج و عمليات التعويض و في هذا الإطار إعطاء الموافقة و المصادقة للبلدية أو للمجلس الجهوي لاتنمية عندكل عملية تفويت في أملاك الأجانب






Mettre à la disposition du conseil régional de développement un taux déterminé des biens de l'Etat pour renforcer la décentralisation et mieux gérer l'espace urbain dans la perspective de construire une route périphérique, élargissement de la chaussée, création des espaces à l'interieur de la ville, échanges fonciers,






وضع نسبة معينة من أملاك الدولة على ذمة المجلس الجهوي للتنمية كتدعيم للامركزية و تسهيل التصرف في الفضاء العمراني مثل الإحالة من اجل إحداث طريق حزامية أو تعويضات لإحداث فضاءات وسط المدينة أو توسيع طرقات ... إلخ

Résoudre le problème de l’investissement à l’indivision tant qu’on touchera pas à la structure et à l’accès de l’exploitation et à sa vocation .



الترخيص بالإستشمار على الشياع في حدود مناب المستثمر ما لم يقع المساس بصبغة العقار او بمنافذه



L’Agenda 21 doit être dynamique, actualisée périodiquement, un observatoire qui nous indique sur l’évolution de la relation entre l’homme et son environnent et en même temps un outil d’aide à la décision en matière de planification.

Résoudre le problème du morcellement en attribuant un fonds, en nature qui ne dépasse pas 5 hectares pour chaque Imada, à l’AFA pour faciliter l’échange entre agriculteurs

Cession des biens fonciers non bâtis de la SNCFT à l’AFI pour mieux valoriser le réseau ferroviaire et relancer l’activité du chemin de fer






PLAN D'ACTIONhttp://spreadsheets.google.com/pub?key=prmXvqzfGuOpEzCfIyZMqUg





























lundi 23 juillet 2007

Abus de pouvoir et dictature de l’inspection du travail



Béja le 18/06/2007


A Monsieur le directeur de l’inspection régionale
de travail de Béja



Objet :Demande de réparation de préjudices suite à l’intrusion et l’abus de pouvoir . . occasionnés par vos services en date du 29/05/2007

Suite à la convocation de vos services d’inspection et à la visite illégale, à mon exploitation familiale, que je considère comme une intrusion et atteinte aux libertés individuelles , je vous prie monsieur de sommer vos service de ne plus outrepasser leurs compétences et d’épargner des visites sur terrain non opportunes très coûteuses en matériel, carburant, frais de déplacement, donnant à l’inspection du travail l’aspect d’une structure administrative lourde, trop coûteuse, paperassière, budgétivore, dépensière et menant un train de vie ostentatoire qui choque le contribuable. Cela dit j’exige des réparations et des excuses suite à l’intrusion faite par vos services, un acte qui m’a causé des préjudices car vos services ont suscité l’insubordination des ouvriers ce qui a entraîné des répercutions négatives sur l’avancement de la récolte des légumineuses, faute de les arracher à temps ça m’a occasionné des pertes considérables. De même suite à mon entretien avec vos services en date du Mardi 12 Juin 2007 à l’inspection régionale de Béja , la communication fût tendue et la discussion très houleuse , vos services ont même proféré des menaces usant de leur qualité d’officier de police judiciaire en vertu du controversé fameux article 174 du code de travail . Le code du travail n’a pas défini explicitement dans un article spécifique le statut de l’inspecteur du travail comme officier de police judiciaire, mais, il y a eu à cela, juste une allusion à la fin de l’article 174 en évoquant la qualité d’officier de police judiciaire. De même la visite abusive que m’a faite l’inspection du travail le 29/05/2007 s’appuie sur un amalgame de compréhension et de mauvaise interprétation de l’article1 du code du travail et précisément du mot ( مــحــلات ) compris comme « Lieu » ou « Local , Locaux » , alors que le législateur a bien voulu dire « Etablissements » comme l’indique bien la version française malgré que ce lapsus est éclairci à l’article 3 du code de travail en employant le mot ENTREPRISE « مـؤسـسات » or l’entreprise ça se crée selon une forme juridique bien déterminée tel que (SARL. SUARL, SA, Société de Mutualisme Agricole, UCP , SMVDA, ... voir site de l’API sur les démarches de création des ENTREPRISES http://www.tunisieindustrie.nat.tn/guide/doc.asp ...) En l’occurrence tant que l’exploitation agricole familiale n’a pas de forme juridique , elle ne peut pas être considérée comme une entreprise ou un établissement, elle est une unité de production qui est sous la coupe du droit civil et dont certains rapports sont régis par les règles de droit coutumier . Par conséquent la petite exploitation familiale qui ne possède pas une forme juridique ne peut pas être considérée comme une entreprise . De cette ambiguïté Monsieur le directeur vos services sont entrain d’appliquer inconsciemment l’article1 du code de travail aux exploitations agricoles familiales qui n’ont pas de formes juridiques et se sont permis des intrusions abusives et de proférer des menaces .

En attendant votre correspondance prière condamner la visite que m’ont faite vos services à mon exploitation en date du 29/05/2007 et de bien vouloir envisager la réparation des préjudices qu’il m’ont causés

Kastalli Chérif

Agriculteur Ain Soltane Béja Nord
Henchir Biadh Amar
5 rue ibn Rachiq Béja 9000
Tel : 97376505
_______________________________________________________________________
Copie pour Messieurs :
- Le Président de l’UTAP pour examiner avec le directeur des structures et les services juridiques de l’organisation des agriculteurs afin d’éclaircir l’ambiguïté relative à l’application du code de travail aux exploitations agricoles familiales qui n’ont pas de formes juridiques . De solliciter Messieurs les Gouverneurs d’intervenir dans ce sens aux prés des inspections régionales pour mieux préserver le climat social.
- Monsieur le ministre des affaires sociales pour revoir le statut de l’inspecteur du travail compte tenu d’une économie mondialisée basée sur la croissance, le plein emploi , l’investissement et la fluidité du travail De revoir aussi la non constitutionnalité de l’article 174 truffé d’incohérences et conçu dans un esprit Stalinien, il fait allusion à la qualité de police judiciaire de l’inspecteur de travail sans une définition au préalable de cette qualité dans un article spécifique. De même les dispositions de l’article 174 non seulement n’incitent pas à l’investissement mais terrorisent l’investisseur.
- Le Président de l’UTICA afin de promouvoir l’investissement dans un climat de sérénité et de confiance Prière initier une procédure de saisine au sein du parlement à l’adresse du conseil constitutionnel ceci à propos de l’article 174 qui est truffé d’incohérences et conçu dans un esprit Stalinien, il fait allusion à la qualité de police judiciaire de l’inspecteur de travail sans une définition au préalable de cette qualité dans un article spécifique. De même les dispositions de l’article 174 non seulement n’incitent pas à l’investissement mais terrorisent l’investisseur.
- Le Premier Ministre afin d’ordonner une commission pour statuer sur le chevauchement des taches et l’interférence des compétences en matière de protection et de sécurité de l’employé (Protection Civile, Hygiène , Inspection de Travail...) . Il est impératif alors de redéfinir le nouveau rôle de l’inspecteur du travail compte tenu d’une économie mondialisée basée sur la croissance, le plein emploi , l’investissement et la fluidité du travail. Une redéfinition qui visera la reconversion de l’inspecteur de travail en un inspecteur d’ÉTAT pour renforcer la bonne gouvernance et les structures de contrôle de l’État (Cour des Comptes .Inspection Générale des Finances, Contrôle des dépenses de l’État même en matière d’opportunités des achats ...) Ce nouveau corps veillera à la bonne gestion des biens de l’État , il réprimera la lapidation des biens de l’État la corruption, la concussion , l’usages abusif des véhicules ( Une voiture a consommé pour dix neuf milles dinars de pièces de rechanges en deux ans ; la réponse à cet abus: La loi n’interdit pas ça) la gestion du carburant(détournement de grande quantité de gasoil en vrac et citernes aux profits des entrepreneurs) , anomalies dans les marchés publiques, grandes influences des entrepreneurs sur les décisions des pouvoirs publics, tendance à la création d’un banditisme organisé lors des ventes aux enchère publiques des biens de l’État.(le commun des mortels n’a pas le droit de participer aux enchères même en présence des agents de la garde nationale) pour faire une opération médicale aux hôpitaux de Béja il faut payer en parallèle le médecin traitant … ect .
- Le Ministre Délégué chargé de la Réforme Administratif afin d’envisager des réformes pour que l’administration publique ne soit pas une structure administrative lourde, trop coûteuse, paperassière, budgétivore, dépensière et menant un train de vie ostentatoire qui choque le contribuable

samedi 21 juillet 2007

Une Démocratie Irréprochable


Béja le 21/07/2007

Une Démocratie Irréprochable

Prière prendre connaissance de ma lettre concernent le point 2 du Président Sarkosy .Ce point 2 est vraiment le bout de chaîne qui manque pour asseoir les fondements d'une république égalitaire au vrais sens du terme Je considère cette contribution comme une participation au programme 2009 du Président BEN ALI .Cette Réflexion est conçue pour la création d'une instance à la quelle on peut faire recours lorsque on se sent victime d'une faute d' un magistrat ou d'un avocat .


J’ai le plaisir et l’honneur de vous suggérer encore une fois quelques réflexions que je juge très utile dans le renforcement du processus de la société civile que la TUNISIE est entrain d’édifier.
Ce qui m’a attiré l’attention ces derniers jours lors de la campagne présidentielle française c’est le programme des candidats . On a beau diabolisé Nicola Sarkosy mais abstraction faite des appartenances ethniques et confessionnelles il a un programme très cohérent. Dans le point 2 du programme Sarkosy « Une Démocratie Irréprochable » où il met l’accent sur la réforme du système juridique tout en évoquant la faute du magistrat. En l’occurrence le point 2 énonce : « La justice ne peut pas être un pouvoir à coté des autres, sans aucun contrôle, ni contre pouvoir. Rendue en votre nom, elle doit vous rendre des comptes. C’est pourquoi je veux que le conseil supérieur de la magistrature soit composé majoritairement de non magistrats, que vous puissiez le saisir si vous vous estimez victime de la négligence ou de la faute d’un magistrat » .
Monsieur ce point là est très important dans l’édification de la république de demain. Le système juridique tunisien n’a pas subit des reformes de tailles il est resté énigmatique voir tabou. Les réformes sont l’âme voir l’essence même de la république ,certes parfois elle sont douloureuses, au début elles sont conçues comme impopulaires, elles suscitent des mécontentements, mais il faut qu’elles se fassent. « Après tout nos mères ont engendré dans la douleur ». La complaisance avec le corporatisme a imprégné une culture de viscosité . On a peur de réformer, on a peur de contrôler, on a peur de punir. Cette complaisance a permis à certains corps (Ordre des avocats, ordre des médecins, ordre des ingénieurs ....association de juges, syndicat, grands commis ) d’exercer un lobby lors de l’élaboration des textes tout en s’opposant aux réformes nécessaires au bon fonctionnement des institutions .Et si ces réformes sont faites elles sont très personnifiées qu’elles finissent par être bousillées . Le comble c’est que certains ordres, se sont même substitués aux institutions de l’Etat qui sont chargés de trancher les litiges, de régler les conflits en appliquant les règles de droits ,comme par exemple l’ordre des avocats que le citoyen doit lui faire recours en cas de litige avec un avocat , vraiment une aberration qui a trop perduré !. Or l’Etat en tant que cadre ,dans sa globalité , ne doit pas favoriser une frange aux dépens d’autres de ce fait des reformes qui concernent l’impartialité sont urgentes et nécessaires si non certaines corporations ont tendance à devenir des sectes dangereux incontrôlables . Cela dit des points de réflexions doivent êtres retenus tel que :
- La création d’une instance à la quelle on peut faire recours lorsque on se sent victime d’une faute d’ un magistrat ou d’un avocat
- La création des outils qui renforcent l’impartialité afin d’asseoir la bonne gouvernance
- Mettre fin à l’impunité des patrons voyous
- Améliorer les prestations des services juridiques en publiant sur le net les informations nécessaires aux justiciables , avec une recherche par N° de procès ou N° de carte d’identité . Le citoyen doit savoir le cours de son affaire qui est en justice. Parfois , faute de convocation qui ne lui est pas parvenu pour divers raisons , le citoyen se trouve impliqué dans une affaire de justice sans qu’il sache, de facto il est condamné par contumace
- Vue l’ambiguïté de certains textes et la non concordance entre la version arabe et la version française de certains articles , il s’impose de revoir alors les critères de recrutement et de sélection des magistrats et des avocats , par exemple ceux qui ont en plus de leur diplôme de droit une maîtrise de français auront le bénéfice de 50% du barème lors des concours nationaux , ceci pour diminuer la fréquence des fautes non intentionnelles des magistrats et des avocats tout en multipliant les compétences au sein de l’appareil judiciaire..


Kastalli Chérif
Président de l’association
Méditerranéenne pour le Développement




5 Rue Ibn Rachik Béja 9000


Copie pour information à :
- Monsieur le Secrétaire Général du Comité de Coordination du RCD de Béja : Réflexions pour le programme présidentiel 2009
- Monsieur le Ministre de la Justice : Réflexions pour un projet d’ébauche de restructuration du ministère de la justice dans le but d’améliorer les prestations et de mieux tirer profit des nouvelles technologies de communications ( payement et enregistrement des PVs et verdicts par le dinar électronique , consultation à distance , formulaires, reçues , divers actes....ect) – Revoir les critères de sélection en matière de recrutement des magistrats et des avocats afin de promouvoir les compétence et diminuer la fréquence des fautes non intentionnelles des magistrats et des avocats
- Monsieur le Premier Ministre : Réflexion pour la création d’une instance à la quelle on peut faire recours lorsque on se sent victime d’une faute d’ un magistrat ou d’un avocat
-Monsieur le Ministre de la Fonction Publique et de la Réforme Administrative : De bien évaluer les grands défis et d’entreprendre une esquisse de réforme, pour toute la fonction publique, basée sur la bonne gouvernance en prenant en considération les capacités du pays en terme de la rationalité des dépenses et de compression budgétaire de bien tirer profit des nouvelles technologies et de promouvoir les compétences.

Qui êtes-vous ?

Ma photo
Ingenieur adjoint et exploitant agricole .Marié père de 2 enfants